Loading

Le succès de la marketplace du bricolage ManoMano

ManoMano est née en 2013, mais s’est vite imposée sur le marché du bricolage et de la maison. D’ailleurs, le marché est récemment devenu la 15e licorne française.

Début juillet 2021, ManoMano a levé 355 millions de dollars, le promouvant au rang de licorne aux côtés d’entreprises françaises comme BlaBlaCar, Deezer et Mirakl.

ManoMano, la plateforme e-commerce de renom

En huit ans, ManoMano s’est imposée comme un site e-commerce de renom en France. La plateforme e-commerce BtoC et BtoB rassemble plus de 3600 commerçants et 50 millions de visiteurs uniques par mois. Si son développement se porte bien dès le départ, le marché connaît un formidable succès ces dernières années, notamment depuis le début de la pandémie de Covid.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : ManoMano a réalisé un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros en 2020, soit presque le double de celui de 2019. Cinq ans plus tôt, le même chiffre d’affaires n’était que de 32 millions d’euros. Alors que d’autres ont été durement touchés par la crise, ManoMano a vu son activité augmenter de 13 % en 2020 tous canaux de distribution confondus. Et les perspectives de développement sont encore importantes pour ce géant préféré du magazine de bricolage. Le marché du bricolage s’élève à 400 milliards d’euros dans cinq pays où ManoMano est présente :

  • France ;
  • Espagne ;
  • Italie ;
  • Allemagne ;
  • Royaume-Uni.

Pour maintenir sa croissance, ManoMano compte également sur son offre BtoB, lancée en 2018, et dont l’activité aaugmenté de 140 % en 2020. Pour atteindre son objectif, ManoMano promet de doubler la taille de ses équipes d’ici fin 2022.

Plus de 700 millions d’euros de fonds levé depuis 2013

En 2020, ManoMano a déjà levé 125 millions d’euros. Début juillet 2021, le marché remet le couvert, levant cette fois environ 355 millions d’euros. Ce fond devrait servir les ambitions européennes de ManoMano. Il s’agit notamment de l’Allemagne et du Royaume-Uni, deux grands marchés estimés respectivement à 82 milliards d’euros et 50 milliards d’euros. Grâce à cette opération, la start-up atteint un total de 725 millions de dollars collectés depuis sa création en 2013.

La capitalisation boursière, portée à 2,6 milliards d’euros, est ambitieuse à terme. ManoMano compte déjà 50 millions de visiteurs uniques par mois dans les pays où elle est implantée. Elle recense aussi 7 millions de clients actifs en ce moment.

Ces nouveaux fonds permettront de :

  • poursuivre son expansion européenne, notamment en Allemagne et en Grande-Bretagne ;
  • renforcer le B to B en Italie et en Espagne ;
  • consolider les innovations technologiques pour ses clients et partenaires commerciaux ;
  • de développer le réseau logistique européen ManoFulfillment.

Offrant un accès à une clientèle de bricoleurs qualifiés, ManoMano vise également à devenir le partenaire principal des commerçants européens qui souhaitent développer leur activité en ligne. La plateforme propose une gamme complète de services spécifiques à l’industrie.

L’internationalisation, l’extension de l’offre et surtout la relation client sont à la base du succès de ManoMano

Si les activités du groupe fleurissent en France, c’est également le cas dans les pays ​​où l’entreprise est basée :

  • en Belgique ;
  • en Espagne ;
  • en Italie ;
  • en Allemagne ;
  • et au Royaume-Uni.

Aujourd’hui, ces envois internationaux représentent 40 % du volume d’affaires de ManoMano. Cette internationalisation, conjuguée à des offres destinées aux particuliers et aux professionnels, a permis à la marque de conquérir progressivement plusieurs segments sur ce marché. Par conséquent, les ventes ont quadruplé lors du premier confinement. Puis, le nombre d’utilisateurs actifs mensuels a doublé pour atteindre environ 7 millions aujourd’hui.

D’abord, par l’intérêt croissant pour ces pratiques. En 2020, cette grande surface de bricolage a enregistré une augmentation de son chiffre d’affaires de 4,78 %. Elle a exacerbé la crise sanitaire et leur incapacité à accéder à des sources externes de travail à certaines heures incitent de nombreux amateurs à se tourner vers le bricolage ou le jardinage.

Puis, par la relation avec le client, qui était le fil conducteur des leaders de la marque, reprenant la stratégie bien connue d’Amazon. De plus, c’est la spécialisation dans le conseil et l’offre d’équipements diversifiés et spécialisés qui ont permis à ManoMano de se démarquer du groupe de Jeff Bezos.

Enfin, parce quela grande surface de bricolage propose peu à peu une offre digitale compétitive. Le nombre de leurs plateformes en ligne qui ont prospéré ces dernières années démontre leur nécessité d’investir sur le marché numérique en constante croissance.

En savoir plus sur https://www.toutpourvotremaison.fr/

François Spinelli