Overwatch 2 démasque enfin les tricheurs : vous ne croirez pas comment !

Christophe lesaint

  • Microsoft Overwatch 2 : 5000 Overwatch Coins (Xbox ONE / Xbox Series X S)
  • Microsoft Overwatch 2 : 1000 Overwatch Coins (Xbox ONE / Xbox Series X S)
  • Microsoft Overwatch 2 : 10000 Overwatch Coins (Xbox ONE / Xbox Series X S)

Blizzard, le créateur légendaire d’Overwatch 2 (ainsi que d’autres jeux bien-aimés), s’est lancé dans une croisade acharnée contre les tricheurs et les comportements néfastes sur Internet. Armé de plus de 250 000 comptes bannis et d’une panoplie d’initiatives visant à sublimer l’expérience utilisateur, l’éditeur est déterminé à rétablir un équilibre harmonieux et un cadre de jeu sécurisé pour tous.

Depuis la sortie fracassante d’Overwatch 2, Blizzard n’accorde aucune pitié aux tricheurs et aux adeptes de bots en appliquant une politique de « tolérance zéro ». Le résultat ? Le bannissement colossal de plus de 250 000 comptes à ce jour. Pour appuyer cette offensive, l’éditeur a mobilisé une série de mesures sous l’égide de l’initiative globale « Defense Matrix », pour faire régner l’ordre et garantir un environnement de jeu équitable. En outre, Blizzard a réuni une brigade d’élite, composée de développeurs, de chercheurs et d’experts communautaires, chargée de consolider les systèmes en place et de repousser les limites pour neutraliser les comportements déplorables.

Adieu tricheurs, bonjour fair-play

Blizzard n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin : il s’attaque également aux langages inappropriés dans les discussions textuelles et vocales du jeu. Le filtre « Non filtré », autrefois synonyme de flot ininterrompu d’insultes, est désormais relégué au passé. Les joueurs sont encouragés à dénoncer tout usage de discours haineux ou toute tentative de subversion des filtres. Blizzard planche aussi sur des technologies de machine learning pour traquer, transcrire et contrôler plus efficacement les conversations vocales indésirables.

Animé par sa quête pour assainir les rapports en ligne, Blizzard entend étendre la détection des comportements malveillants aux discussions vocales et rehausser les exigences pour la création des noms personnalisés. « Les noms ont leur importance », rappelle Blizzard. « Le pseudonyme que l’on choisit pour vivre notre aventure virtuelle est crucial. Mais parfois, ils peuvent attiser les tensions. Il nous incombe donc d’identifier rapidement et de mettre au ban les noms de parties personnalisées et les BattleTags déplacés ».

Par ailleurs, Blizzard impose des sanctions aux comptes ayant ostensiblement fait équipe avec des tricheurs pour engranger les avantages d’une victoire malhonnête. « Nous avons déjà suspendu et banni des milliers de comptes flagrants qui gravitaient autour des tricheurs. Le déploiement de ce système dans des tests régionaux a porté ses fruits, et nous prévoyons de l’étendre à de nouveaux horizons à travers le monde », affirme l’éditeur.

L’arsenal de Blizzard ne se limite pas simplement à punir les coupables. Les signalements des utilisateurs sont une aide précieuse pour détecter de nouveaux programmes de triche et de comportements perturbateurs. Blizzard envisage même de peaufiner la communication en matière de rapport d’intervention, afin que les joueurs puissent savourer l’impact positif de leurs actions et déguster un cocktail de fair-play pour une expérience agréable.

Christophe lesaint

A lire aussi :

Comment trouver un site de voyance gratuit ?

Comment en 2023 se lancer dans la location de véhicules luxueux ?

Comment en 2023 se lancer dans la location de voiture

Créer une agence de location de voiture de prestige pour 6000 euros : ...

Comment changer la batterie d'un AirTag

Eric Esnault : Qu'est ce qu'un tchatbot