Loading
Deux femmes entrepreneurs font le point

Etat de l’entrepreunariat français en 2021

L’apparition du covid-19 a profondément chamboulé les différents secteurs d’activité et l’entrepreneuriat n’a pas été épargné. En effet, il est fort probable que les entrepreneurs qui n’échappent habituellement pas au phénomène du burnout soient confrontés à d’autres risques professionnels. C’est dans ce contexte qu’une étude a été menée par l’observatoire Amarok et le Labex Entreprendre afin de mesurer les impacts de la crise sanitaire sur l’entrepreneuriat.

Le burnout en forte progression chez les entrepreneurs

Des études réalisées par l’observatoire Amarok ont été menées afin d’évaluer le niveau d’épuisement professionnel (burnout) chez les entrepreneurs français. En ce sens, une comparaison a été réalisée entre la période d’avril 2020 et janvier/février 2021. 

Par conséquent, les résultats ont permis de constater que le niveau du burnout a fortement augmenté en 2021. De plus, la nature de celui-ci a changé durant le confinement. En effet, l’origine du burnout est passée d’une suractivité à un épuisement d’empêchement lié à un sentiment d’impuissance face à la situation. Il est donc nécessaire de trouver des solutions avec un blog sur l’entrepreneuriat.

Le niveau est ainsi passé à un score de 2,89 à 3,39 lors de la première vague de confinement. Celui-ci a ensuite atteint 3,58 lors de la seconde vague. De même, le pourcentage d’entrepreneurs à risque est passé de 34,65% à 36,77% entre le premier confinement et la deuxième vague. Enfin, le taux des entrepreneurs qui sont en danger de burnout est passé de 1,75% à 9,18% avant d’atteindre 10,41% en 2021.

La naissance du syndrome d’épuisement d’empêchement

Le secteur de l’entrepreneuriat en 2021 est aussi marqué par l’apparition du syndrome d’épuisement d’empêchement. Celui-ci est lié au sentiment d’impuissance, de déprime, au fait de se sentir coincé, désespéré… 

D’ailleurs, les études réalisées ont révélé les principaux facteurs déterminants du syndrome d’épuisement chez les entrepreneurs. Il s’agit de la fatigue, la déception et le sentiment d’en avoir marre. Ceux-ci ont considérablement augmenté entre avril 2021 et janvier/février 2021.

  • Fatigue : de 3,77 à 4,38.
  • Déception : de 3, 75 à 4,18.
  • Sentiment d’en savoir marre : de 3,63 à 4,05.

Il est donc évident que le syndrome d’épuisement d’empêchement a considérablement augmenté lors de la seconde vague. A cela s’ajoute l’épuisement d’usure habituel. 

Il faut aussi souligner que les entrepreneurs ont été très affectés par les différentes retombées économiques causées par le confinement. En effet, ils travaillent plus que les salariés et souffrent d’un énorme manque de visibilité.

Jeune chef d'entreprise fatigué

Une baisse de la vigilance entrepreneuriale

En cas de crise, les entrepreneurs doivent agir sur deux axes. D’une part, il faut qu’ils fassent preuve de vigilance afin de veiller à leurs chiffres d’affaires et à la santé de leur entreprise. D’autre part, ils doivent savoir détecter et saisir les opportunités qui résultent de la situation. 

Ils doivent ainsi convertir les menaces en opportunités et éviter de passer à côté des opportunités relatives à la crise. Il est notamment nécessaire de faire pivoter sa stratégie de communication vers le digital.

Par ailleurs, force est de constater que la vigilance entrepreneuriale a beaucoup changé en 2021. Les études ont en effet démontré que les entrepreneurs semblent avoir du mal à détecter et à évaluer les différentes opportunités pendant le confinement. 

Ces changements ont été particulièrement causés par le sentiment d’impuissance qui impacte négativement sur la vigilance entrepreneuriale. C’est ainsi la raison pour laquelle la transformation des informations en idées puis en opportunités est quasiment absente dans le secteur de l’entrepreneuriat cette année.

Des numéros verts pour les entrepreneurs

Depuis l’apparition de la crise sanitaire, de nombreux numéros verts ont été mis à disposition du secteur de l’entrepreneuriat. L’objectif de ces dispositifs est de venir en aide aux dirigeants qui sont en détresse ou en difficulté. Toutefois, leur efficacité est limitée. En effet, la plupart des entrepreneurs ne veulent pas montrer un signe de faiblesse et campent sur leurs idéologies de leadership.